Le Salon Online de l'Équipement Médical

Bien choisir un analyseur d’hématologie

L’analyseur d’hématologie (ou automate d’hématologie) est un appareil permettant d’effectuer une numération de formule sanguine (NFS) ou hémogramme. Il effectue une analyse quantitative et qualitative des éléments figurés du sang : globules rouges (érythrocytes), globules blancs (leucocytes) et plaquettes (thrombocytes). Il est principalement utilisé dans les laboratoires d’analyse médicale ou au sein des hôpitaux disposant d’un service d’hématologie. Certains de ces analyseurs sont dédiés au monde vétérinaire.

Consulter les analyseurs d'hématologie

  • Quelles sont les technologies de mesure des analyseurs d’hématologie ?

    Analyseur d’hématologie par impédance de la marque Horiba

    Il est important de connaître la technologie de numération utilisée par l’appareil car les résultats peuvent varier en fonction de celle-ci. Pour les analyseurs d’hématologie, on distingue principalement :

    • La cytométrie de flux : il s’agit de la méthode la plus sophistiquée et la plus chère existant à l’heure actuelle. Elle consiste à faire défiler les cellules dans un flux étroit devant le faisceau d’un laser. Celui-ci les frappe une par une et un détecteur de lumière capte la lumière réfléchie par les cellules. Il s’agit dans ce cas-là de la cytométrie de flux laser. Il existe également la cytométrie de flux par fluorescence qui fonctionne sur le même principe que la cytométrie de flux laser sauf que le type de détection diffère.
      De façon générale, la cytométrie de flux permet bien d’autres choses que la simple numération, comme par exemple l’analyse de la forme des cellules et de leur structure interne et externe. Par conséquent, cette technique est rarement utilisée dans le seul but de compter les cellules.
    • L’impédance électrique : cette technique permet de déterminer le nombre et le volume des érythrocytes et des thrombocytes. Pour cela, du sang EDTA est dilué avec une solution isotonique à l’intérieur de l’appareil et aspiré au travers d’un orifice capillaire. Les cellules cheminent alors une par une dans un champ de tension électrique où elles induisent, en fonction de leur taille, une impulsion (augmentation de la résistance électrique). Cela permet de différencier et de compter les cellules de grande taille par rapport à celles de petite taille.
    • La diffraction laser : elle mesure les distributions granulométriques des particules. Pour ce faire, elle mesure la variation angulaire de l’intensité de lumière diffusée lorsqu’un faisceau laser traverse un échantillon de particules dispersées. Ainsi, les grosses particules diffusent la lumière à de petits angles par rapport au faisceau laser, tandis que les petites particules diffusent la lumière à des angles supérieurs. On peut ainsi calculer la taille des particules qui ont créé l’image de diffraction.
  • Comment évaluer la performance de l’analyseur d’hématologie?

    Outre la technologie de mesure, il convient de faire attention à plusieurs points :

    • Au nombre de paramètres que peut délivrer l’appareil. Il s’agit de tous les types de données que peut délivrer l’appareil sur les éléments mesurés. On y retrouve par exemple le nombre de chaque élément, leur volume, leur concentration, etc. Selon les appareils, les analyseurs d’hématologie peuvent aller de neuf à plus de 50 paramètres fournis.
    • A la différenciation des globules blancs. En effet, les leucocytes peuvent être divisés en trois familles : les lymphocytes, les monocytes et les granulocytes. Les granulocytes peuvent eux aussi être différenciés en trois groupes : les granulocytes basophiles, les granulocytes éosinophiles et les granulocytes neutrophiles. Il existe donc en tout une différenciation en cinq familles. Certains analyseurs ne proposent pas de différenciation leucocytaire.

    A noter que les grandes marques du secteur offrent des systèmes tout intégrés. Ceux-ci ont vocation à faire partie d’une plateforme de diagnostic de grande capacité et peuvent être reliés à d’autres modules d’analyse (biochimie, immunologie, etc.)

  • Quels types de réactifs sont utilisés en hématologie?

    Pour le choix des réactifs, l’aspect essentiel est de bien faire attention aux marques, selon que l’analyseur est en système fermé ou non. Les systèmes fermés n’acceptent que des réactifs de la même marque que l’appareil. Les analyseurs compatibles avec n’importe quelle marque de réactifs sont dits “ouverts”.

    Il existe de nombreux types de réactifs selon les applications spécifiques (diagnostique et clinique) de l’appareil. Pour s’assurer du bon fonctionnement de l’analyseur, il sera nécessaire de disposer de calibreurs, de solutions de contrôle, de diluants et de colorants.

  • Quels sont les avantages et les inconvénients d’un analyseur d’hématologie?

    Les avantages sont de plusieurs sortes :

    • La rapidité car le processus d’analyse est généralement automatisé, ce qui réduit voire annule le besoin d’intervention manuelle. Cela a par ailleurs pour conséquences positives d’augmenter le niveau de précision et de limiter le nombre d’erreurs. Les erreurs humaines sont l’un des problèmes principaux du comptage manuel.
    • La précision des résultats avec une meilleure différenciation des cellules.
    • La polyvalence avec une diversité des paramètres mesurés.

    Les inconvénients peuvent être les suivants :

    • Le coût car l’acquisition d’un analyseur d’hématologie nécessite un investissement non négligeable. Il faut également prendre en compte le coût des réactifs.
    • L’entretien car le matériel nécessite un suivi et un contrôle qualité régulier pour s’assurer du bon fonctionnement de l’appareil. Selon les ressources du laboratoire, cela peut être un point contraignant.
    • La taille car selon la gamme de produits et les caractéristiques, certains analyseurs peuvent être très encombrants.
  • Quelles sont les options disponibles pour un analyseur d’hématologie?

    Outre sa capacité à différencier les leucocytes (cf question 2), un analyseur d’hématologie peut disposer de différentes options telles que :

    • Un passeur ou un échantillonneur automatique pour gérer les échantillons.
    • Un système de coloration et de préparation des lames si jamais un résultat d’analyse nécessite un frottis.
    • L’analyse des CRP (Protéine C réactive) pour voir s’il y a un risque d’inflammation.
    • Un écran tactile pour une meilleure expérience utilisateur.
Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *