Le Salon Online de l'Équipement Médical

Bien choisir un implant esthétique

Tous les implants chirurgicaux permettant de modeler une ou plusieurs parties du corps sont considérés comme des implants esthétiques (prothèses dentaires exclues). Ils ont un but exclusivement esthétique et n’ont pas pour vocation de restaurer une fonction compromise.

Consulter nos implants esthétiques

  • Quels sont les différents types d’implants esthétiques ?

    Prothèses testiculaires de la marque Coloplast

    Prothèses testiculaires de la marque Coloplast

    Les implants esthétiques peuvent être répertoriés en plusieurs catégories : les implants faciaux, les implants mammaires, les implants pectoraux et abdominaux, les implants testiculaires, les implants pour membres supérieurs et inférieurs.

    • Implants faciaux : ces implants peuvent modeler diverses parties de la face et du visage telles que le front, la dorsale nasale, les tempes, les pommettes, la mâchoire, les lèvres ou le menton.
    • Implants mammaires : ils permettent, chez les femmes, de remodeler ou d’augmenter le volume de la poitrine.
    • Implants pectoraux et abdominaux : les implants pectoraux pour les hommes permettent d’obtenir un torse tonique et galbé. Les implants abdominaux, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, permettent de rendre apparents ces muscles, en y retirant la graisse superficielle à cet endroit.
    • Implants testiculaires : ces implants permettent de restaurer la symétrie entre les testicules par exemple.
    • Implants pour membres supérieurs et inférieurs : ces implants ont pour but d’augmenter le volume musculaire des membres. Ils peuvent être installés au niveau du muscle grand glutéal, du mollet, des biceps ou des triceps.
  • Quels sont les critères de choix d’un implant mammaire ?

    Un implant mammaire de la marque GC Aesthetics

    Une prothèse mammaire anatomique de la marque GC Aesthetics

    Plusieurs critères sont déterminants lors du choix d’un implant mammaire. Afin de permettre le rendu esthétique voulu, le praticien devra prendre en considération la forme de l’implant, le choix du site de positionnement et du point d’incision, son volume, sa texture externe et donc son adhérence aux tissus, le matériau de remplissage et enfin son profil.

    • Forme de l’implant : elle peut être anatomique ou ronde. L’implant anatomique a une forme proche de la forme originelle du sein. Il est souvent choisi pour son effet naturel avec un sein rempli au pôle inférieur et peu bombé en haut. Néanmoins les implants ronds à profil modéré de dernière génération peuvent donner un effet analogue. L’implant rond conviendra davantage aux patientes ayant les seins affaissés afin de corriger le défaut de volume en haut du sein.
    • Choix du site de positionnement : la position de l’implant va dépendre de la morphologie de la patiente et de l’épaisseur du tissu mammaire. Il existe deux principaux types de positionnement :
      • Rétro-pectoral : l’implant est placée sous le muscle pectoral majeur. Le principal avantage est que l’implant est moins visible, moins palpable et la poitrine garde son aspect naturel. Il y a aussi moins de risques de développer une contracture capsulaire (ou capsulite rétractile) et les mammographies sont plus faciles à réaliser.
        En revanche, la procédure pour la pose de l’implant peut être plus longue et douloureuse et le rétablissement de la patiente plus long. Le suivi chirurgical est également plus difficile. Ce genre de procédures convient davantage aux patientes dont le tissu mammaire est fin.
      • Prépectoral : l’implant est placé au-dessus du muscle pectoral et sous la glande mammaire. Cette fois-ci la procédure est plus rapide, moins douloureuse, avec une période de rétablissement raccourcie. Du fait de la position même de l’implant le suivi chirurgical est simplifié.
        Mais à l’opposé, l’implant est plus visible à l’œil nu, le risque de contracture capsulaire plus important et les mammographies sont plus difficiles à réaliser. Cette procédure peut être contre-indiquée si le tissu mammaire est trop fin.
    Une prothèse mammaire à paroi lisse de la marque MENTOR®

    Une prothèse mammaire à paroi lisse de la marque MENTOR®

    • Choix du point d’incision : le point d’incision peut être péri-aréolaire, transaxillaire ou inframammaire.
      • Péri-aréolaire : l’incision autour du téton est relativement invisible mais peut entraîner une perte de sensibilité et des risques d’infections ou de problèmes pour allaiter.
      • Transaxillaire : l’incision sous l’aisselle permet au chirurgien d’utiliser des instruments moins invasifs. La procédure n’aura pas de conséquence sur la possibilité pour la patiente d’allaiter. En revanche, l’intervention étant plus compliquée, elle peut entraîner un mauvais positionnement de l’implant voire son altération au moment de la pose.
      • Inframammaire : l’accès à la zone de positionnement de l’implant est grandement facilité mais la cicatrice au niveau du sillon sous-mammaire est généralement plus visible.
    • Volume : un implant de gros volume ne garantit pas nécessairement des seins très volumineux après opération car le résultat dépend notamment d’autres facteurs, tels que la silhouette de la patiente ou sa morphologie. Le chirurgien plasticien est le seul habilité à déterminer quel sera le meilleur volume d’implant à choisir en fonction des souhaits de la patiente. Du volume dépendra aussi le poids de l’implant.
    • Texture externe et adhérence aux tissus : les implants mammaires peuvent être à paroi lisse ou à paroi texturée. De la texture externe dépend l’adhérence de l’implant aux tissus environnants, ce qui permet notamment d’éviter le risque de rotation de la prothèse.
    • Matériau de remplissage : le matériau de remplissage des implants mammaires peut être de deux sortes :
      • Une enveloppe en silicone remplie de sérum physiologique : la solution saline est radio-transparente, ce qui rend l’implant plus compatible avec le dépistage et le diagnostic de maladies mammaires.
      • Une enveloppe en silicone remplie de gel de silicone : le gel de silicone est plus visqueux et moins liquide que le sérum physiologique ce qui permet à l’implant de rester stable et de mieux garder sa forme.
      • Profil : il s’agit de la proéminence vers l’avant de l’implant par rapport à la paroi thoracique. Différents profils existent (profil bas, profil moyen, profil haut, profil très haut).

    Critères entrent en jeu pour bien choisir un implant mammaire :

    • Forme de l’implant
    • Site de positionnement
    • Point d’incision
    • Volume
    • Type de texture externe
    • Matériau de remplissage
    • Profil
  • Quelle est la durée de vie d’un implant mammaire ?

    La durée de vie d’un implant mammaire est en général de sept et dix ans maximum. Il reste toutefois conseillé de pratiquer par précaution chaque année un examen clinique et morphologique (échographie et mammographie, selon les cas) pour détecter l’apparition d’éventuelles anomalies. Cet examen devient d’autant plus indispensable à partir de 45 ans.

    À noter que les nouvelles prothèses mammaires, dites de “dernière génération”, sont garanties à vie mais le recul n’est pas encore suffisant pour estimer la véritable durée de vie de ces implants.

    Quelle que soit la durée vie de la prothèse, un chirurgien ne doit pas remplacer une prothèse qui ne présente pas d’anomalies. Le changement de prothèse ne doit être proposé qu’en cas de problème—tel qu’une rupture, un dégonflement, une contracture capsulaire—ou encore si la patiente souhaite changer de volume d’implant.

Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *