The online medical device exhibition

Bien choisir un lecteur de glycémie

Un lecteur de glycémie ou glucomètre est un appareil de mesure du taux de glucose dans le sang (la glycémie). Il est utilisé chez des patients souffrant de diabète afin de suivre l’évolution de leur glycémie et éventuellement réguler leurs prises d’insuline. Il s’utilise en général avec des bandelettes réactives permettant de recueillir des gouttelettes de sang. Néanmoins, des alternatives moins invasives et moins contraignantes ont vu le jour ces dernières années.

Au vu de la prévalence du diabète dans le monde, l’évolution des systèmes de surveillance de la glycémie représente aujourd’hui un enjeu majeur pour la santé mondiale.

Notons qu’il existe aussi des modèles dédiés au domaine vétérinaire.

Consulter nos lecteurs de glycémie

  • Quels sont les modes d’utilisation des lecteurs de glycémie ?

    Le OneTouch Verio Flex de Lifescan

    Nous pouvons les répartir en trois différents types : invasifs, non invasifs ou en continu.

    Invasifs : la mesure s’effectue par prélèvement sanguin à l’aide d’un autopiqueur, de lancettes et de bandelettes réactives. Ces éléments sont souvent vendus en kit lors du premier achat. Les bandelettes et les lancettes sont ensuite à renouveler en pharmacie. Bien que contraignant pour l’utilisateur, ce type de lecteurs de glycémie représente le mode de mesure le plus précis.

    Le GlucoWise™

    Non invasifs (ou peu invasifs) : ces dernières années, le marché a vu l’arrivée de divers systèmes de mesure sous la forme de capteurs physico-chimiques en contact avec la zone de mesure, en général le bras.

    Un scan avec le lecteur permet de donner le taux de glycémie quasiment instantanément. Cela représente une révolution pour les personnes diabétiques qui n’ont plus à se piquer une demie-douzaine de fois par jour, ni à remplacer les bandelettes et les lancettes. Néanmoins, l’offre sur le marché est limitée et les résultats ont montré jusqu’ici que les systèmes proposés peinent à être aussi précis que les systèmes invasifs. Nous pouvons citer aussi des problèmes de décollements de capteurs.

    Le FreeStyle Libre de Abbott

    En continu (CGM pour Continuous Glucose Monitoring) : dans ce cas-ci, le lecteur de glycémie offre la possibilité d’effectuer la mesure en continu. Le patient porte le dispositif sur lui, en général sur le bras, et l’emmène dans tous ses déplacements. Ce type de modèle dispose généralement d’un capteur implantable avec système de télétransmission. Il mesure la glycémie dans le liquide interstitiel. Il permet aussi d’évaluer plus précisément les variations de la glycémie sur une longue période. Le système en continu représente un allègement des contraintes pour les patients qui n’ont plus à réaliser des piqûres quotidiennes au bout du doigt. Toutefois, notons qu’un autre type de contraintes peut apparaître tel que la maintenance et l’apprentissage du

    dispositif. Des difficultés à comprendre et à interpréter les données, le dysfonctionnement du capteur ou encore la différence de mesure entre la glycémie capillaire et la valeur affichée par la mesure en continu de glucose peuvent être autant de sources de découragement et pousser un utilisateur à abandonner ce type de dispositifs.

  • Quelles caractéristiques sont déterminantes pour un lecteur de glycémie ?

    Un lecteur de glycémie doit être adapté aux besoins de chaque patient. Avant l’achat, il faut donc prendre en compte plusieurs facteurs tels que sa facilité d’utilisation et de transport, les unités de mesure de la glycémie affichées ou encore l’utilisation de la puce (code).

    • Simplicité d’utilisation : l’interface du lecteur de glycémie doit être intuitive, afficher facilement les résultats ainsi que leur description. Certains modèles disposent d’un écran tactile, confortable et facile d’emploi. L’appareil devrait préférablement avoir une taille et une forme qui permettent une bonne prise en main.

     

    • Facilité de transport : dans la mesure où le patient doit pouvoir prendre sa mesure n’importe où et à n’importe quel moment de la journée, la facilité de transport de l’appareil est une caractéristique très importante à prendre en compte. Le patient sera donc davantage enclin à choisir un modèle léger et peu encombrant. Le poids ne doit pas être une contrainte, notamment pour les jeunes patients.

     

    • Unités de mesure de la glycémie : selon les modèles de lecteurs, les résultats peuvent être donnés en g/l, en mg/dl ou en mmol/l. Cela peut induire en erreur le patient diabétique s’il ne fait pas attention à l’unité de mesure sélectionnée (dans le cas des lecteurs proposant plusieurs choix d’unités). La conversion des mg/dl en g/l est obtenue en divisant le chiffre par 100. Par exemple, si le lecteur est réglé en mg/dl et affiche un résultat de 123, cela signifie que le patient a une glycémie capillaire de 1,23 g/l. La conversion des mmol/l en g/l est obtenue en multipliant les mmol/l par 0,18.

     

    • Utilisation de la puce (code) : pour certains lecteurs de glycémie, chaque boîte de bandelettes contient une puce spécifique qu’il est indispensable d’utiliser et de jeter après utilisation de la boîte. Une mauvaise adaptation lecteur/bandelette peut conduire à des résultats erronés. Pour tous les lecteurs nécessitant cette adaptation, il est indispensable de s’assurer avant chaque mesure que le code qui s’affiche correspond bien au code inscrit sur le tube de bandelettes en cours d’utilisation. Si ce n’est pas le cas, il ne faut pas effectuer de mesure. Néanmoins, il existe des modèles ne nécessitant pas d’entrer le code pour garantir la qualité des résultats.

    Points déterminants à considérer pour un lecteur de glycémie:

    • Simplicité d’utilisation
    • Facilité de transport
    • Unités de mesure
    • Utilisation de la puce
  • Quels sont les principes de mesure d’un lecteur de glycémie ?

    Plusieurs technologies de mesure sont actuellement sur le marché. Elles sont principalement électrochimiques (enzymatiques) et se regroupent en trois catégories:

    • Par glucose oxydase
    • Par glucose déshydrogénase
    • Par glucose-dye-oxydoréductase.

    Les résultats obtenus peuvent varier selon la technologie utilisée. Il est donc toujours très important d’utiliser des bandelettes compatibles avec la technologie indiquée sur le lecteur.

    De même, ces technologies peuvent présenter des interférences avec les traitements de certains patients. Les lecteurs utilisant la glucose-oxydase présentent par exemple une interférence avec l’oxygénothérapie. Ceux utilisant la glucose-dye-oxydoréductase présentent quant à eux une interférence avec le maltose et le galactose, ainsi que les polysaccharides ou les oligosaccharides contenus dans les solutions de perfusion. Le maltose peut être présent en grande concentration dans le sang, par apport direct (préparations d’immunoglobulines) ou après métabolisation (exemple de l’icodextrine utilisé en dialyse péritonéale).

    Le risque de surestimation des résultats de glycémie est donc très important et ne doit pas être pris à la légère. Bien souvent, des indications apparaissent sur les lecteurs de glycémie concernés par ce mode d’interaction, mentionnant par exemple l’interdiction d’utiliser l’appareil en cas de dialyse péritonéale.

  • Quelles options et évolutions existent pour le suivi de la glycémie ?

    Plusieurs options peuvent être proposées pour faciliter l’utilisation du lecteur de glycémie telles que la connexion à réseau sans fil, la présence d’une fonction vocale ou encore des modèles multiparamétriques. En termes d’évolution, des recherches sont actuellement menées pour développer des systèmes de pancréas artificiel.

    • Modèles à réseau sans fil : les lecteurs équipés de cette option permettent d’envoyer les données à une plateforme de suivi (télémonitorage). Cette fonction est incontournable dans le cadre d’un monitorage en continu.

     

    • Modèles avec mode parlant (à fonction vocale) : ce genre de systèmes est avant tout destiné aux personnes à déficience visuelle. Ils offrent une utilisation facile et hygiénique. Ils ne nécessitent aucun codage manuel, ce qui facilite les tests et élimine les erreurs. La vocalisation étape par étape du processus permet en outre aux utilisateurs aveugles ou malvoyants de réaliser les tests en totale autonomie. En insérant la bandelette, le lecteur se met en route automatiquement.

     

    • Modèles multiparamétriques : ces appareils proposent, en plus de la mesure de la glycémie, la mesure d’autres paramètres en parallèle. Ils peuvent être couplés par exemple à un thermomètre, un lecteur de cholestérol, un lecteur de cétonémie, un lactatomètre, etc.

    Il est important de penser à avoir un kit de diabète compatible avec l’utilisation de l’appareil. Celui-ci comprend généralement un autopiqueur, des lancettes, des bandelettes de test et un étui de transport.

    • Pancréas artificiel – Le traitement du futur pour les diabétiques?

    La prochaine étape pour le traitement des personnes diabétiques de type 2 est la création d’un pancréas artificiel. Les recherches et essais cliniques en cours visent à mettre en place un système capable d’effectuer un monitoring en continu des taux de glucose dans le sang et de calculer la quantité d’insuline nécessaire à l’aide d’une tablette ou d’un téléphone portable. Cette quantité est ensuite automatiquement délivrée dans le sang à l’aide d’une pompe à insuline.
    Pour les personnes diabétiques souffrant d’un diabète de type 1, un premier type de pancréas artificiel est déjà sur le marché. Surnommé “iphone de l’insuline”, l’appareil ajuste automatiquement l’administration d’insuline toutes les cinq minutes en fonction du taux de glycémie. Un minuscule capteur est inséré juste sous la peau pour surveiller la glycémie. L’appareil est doté d’une batterie rechargeable de sept jours et utilise un algorithme intégré qui aide à mesurer les pics de glucose.

Related guides
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *