Le Salon Online de l'Équipement Médical

Bien choisir une chambre hyperbare

Une chambre hyperbare permet de placer un ou plusieurs patients dans une atmosphère où la pression est supérieure à la pression atmosphérique. Cette surpression qui entraîne une concentration d’oxygène plus importante présente de nombreuses applications thérapeutiques.

Consulter nos chambres hyperbares

  • Pour quelles applications utilise-t-on une chambre hyperbare ?

    La chambre hyperbare permet d’augmenter la quantité d’oxygène dissous dans le sang et les tissus, y compris dans les régions mal vascularisées. Elle peut servir à oxygéner des tissus lésés ou à diminuer la prolifération de certaines bactéries qui ne se développent que dans un milieu pauvre en oxygène.

    Parmi les applications thérapeutiques possibles pour une chambre hyperbare, nous pouvons citer le traitement des accidents de décompression, des blessures et brûlures de la peau, le traitement post-radiothérapie ou encore des empoisonnements au monoxyde de carbone :

    • Traitement des accidents de décompression / embolie gazeuse : ce genre d’accidents peut survenir lorsque des plongeurs, après une plongée sous-marine profonde ou de longue durée, remontent trop rapidement à la surface sans faire de paliers de décompression. Mais cela peut aussi toucher des personnes ayant travaillé dans des caissons à air comprimé, des aviateurs en altitude ou encore des astronautes après une sortie extravéhiculaire. Le traitement par oxygénothérapie hyperbare s’avère alors très efficace.
    • Traitements des blessures et brûlures de la peau : certaines blessures ou brûlures ne cicatrisent pas ou se gangrènent rapidement. La chambre hyperbare est une thérapie souvent utilisée pour les grands brûlés notamment. Les personnes souffrant d’escarres, de gangrène ou encore les personnes diabétiques présentant des plaies et celles atteintes de la maladie de Buerger peuvent également être traitées en chambre hyperbare.
    • Traitement post-radiothérapie : après une radiothérapie anticancéreuse des complications peuvent survenir telles que des lésions tissulaires radio-induites tardives. L’oxygénothérapie hyperbare permet alors d’améliorer l’approvisionnement en oxygène des tissus endommagés et d’éviter leur nécrose.
    • Traitement des empoisonnements au monoxyde de carbone : à la suite d’une intoxication sévère au monoxyde de carbone (CO) il peut s’ensuivre des séquelles neurologiques tardives en particulier s’il y a eu perte de conscience. Cela peut entraîner des troubles de mémoire, de personnalité, des modifications de l’humeur. Le traitement en chambre hyperbare apparaît comme très efficace pour diminuer le risque de séquelles tardives.

    Les principales applications thérapeutiques :

    • Traitement des accidents de décompression / embolie gazeuse
    • Traitement des blessures et brûlures de la peau
    • Traitement post-radiothérapie
    • Traitement des empoisonnements au CO
  • Quels sont les types d’installations hyperbares possibles ?

    Chambre hyperbare gonflable de la marque OxyHealth Europe

    Une chambre hyperbare peut se décliner en différentes configurations : fixe, sur roulettes, gonflable et conteneurisée.

    • Chambres fixes : souvent multiplaces, elles sont installées de manière permanente dans certains services hospitaliers. Certaines peuvent contenir jusqu’à plus d’une dizaine de places.
    • Chambres gonflables : souvent monoplaces et légères, les chambres hyperbares gonflables peuvent se gonfler partout pour une grande liberté de mouvement. Elles sont particulièrement utilisées pour le traitement à domicile.
    • Chambres conteneurisées : elles peuvent être transportées par camions ou véhicules spécialisés. Elles peuvent être installées sur des plateformes de forage ou des navires militaires par exemple.
  • Quels sont les risques possibles liés à l’oxygénothérapie hyperbare ?

    Il existe deux types de risques : des risques techniques d’infrastructure et des risques biologiques pour le patient.

    Chambre d’oxygénothérapie hyperbare de la marque Perry Baromedical

    • Risques techniques : l’oxygénation en chambre hyperbare comporte certains risques techniques liés à la toxicité des gaz, aux dangers d’incendie et d’explosions ou aux défauts d’installation. Il est donc essentiel de veiller à :
      • Bien monitorer la toxicité des gaz administrés en suivant les limites d’utilisation des différents gaz en fonction de leurs pressions partielles ;
      • Limiter le risque d’incendie ou d‘explosion en vérifiant que le caisson a bien été construit avec des matériaux incombustibles ; en évitant la présence à proximité de tout corps gras combustible ; en déversant l’oxygène à l’extérieur du caisson pour éviter une trop forte concentration d’oxygène à l’intérieur du caisson.
      • Bien vérifier que le caisson soit parfaitement étanche pour que la pression choisie à l’intérieur reste stable. Il doit aussi être équipé d’un système de contrôle permanent de l’ambiance à l’intérieur du caisson.

     

    • Risques biologiques : les risques pour le patient peuvent être soit liés à la pression, soit liés à l’oxygène.
      • Risques de barotraumatisme des tympans, pulmonaire, digestif, des sinus ou encore des dents à cause de la surpression.
      • Risques d’hyperoxie neurologique (Effet Paul Bert) ou pulmonaire (Effet Lorrain Smith). Dans le premier cas, le patient peut faire une crise convulsive généralisée liée à la pression partielle en oxygène. Dans le deuxième cas, et en cas d’une exposition prolongée, un oedème pulmonaire de type lésionnel peut se former et évoluer vers la fibrose.
  • Quelles sont les applications vétérinaires ?

    Chambre hyperbare vétérinaire de la marque hvm

    Comme pour les humains, les animaux peuvent recevoir des traitements hyperbares dans des chambres hyperbares. Les principaux animaux traités par l’oxygénation hyperbare sont les animaux de compagnie (chiens, chats) et les animaux de rente (chevaux).

    Différents caissons peuvent être utilisés pour les animaux. Certaines cliniques choisissent d’utiliser les mêmes caissons que pour les humains, tandis que d’autres s’équipent de caissons spécialement conçus pour les animaux. Des modèles de chambres hyperbares existent également pour le traitement à l’oxygène des grands animaux, tels que les chevaux et les chameaux. L’animal respire alors de l’oxygène à travers des masques, ce qui la rend plus sûre et moins chère. Dans certains cas, l’animal, comme par exemple un chat, peut être placé dans une cage en acrylique qui est ensuite posée à l’intérieur de la chambre hyperbare. Cela évite que l’animal déambule dans le caisson et cela permet, le cas échéant, de traiter deux animaux en cage simultanément.

    Les applications vétérinaires sont similaires à celles utilisées pour les humains, accidents de décompression exclus… On retrouve ainsi la cicatrisation des plaies, le traitement des infections et des brûlures, les empoisonnements au monoxyde de carbone, les envenimations, etc.

Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *