Le Salon Online de l'Équipement Médical

Bien choisir une table d’opération

Une table d’opération (ou table de chirurgie) est utilisée en salle d’opération pour positionner le patient lors d’une intervention chirurgicale. Elle est constituée d’un plateau principal, sur lequel le patient est assis ou allongé et qui peut être divisé en plusieurs sections, ainsi que d’un socle central permettant de régler la hauteur et l’inclinaison du plateau.

Il existe plusieurs configurations et réglages possibles dans le but de placer le patient dans une multitude de positions, par exemple en position ventrale pour la chirurgie du rachis ou semi-assise pour la chirurgie ORL.

Consulter nos tables d'opération

  • Comment fonctionne une table d’opération ?

    Les tables d’opération fonctionnent à partir d’une source d’énergie qui permet d’actionner les différents réglages tels que la hauteur de la table ou l’inclinaison du plan de couchage (plateau).

    Table d’opération électrique de la marque Famed Żywiec

    On distingue ainsi :

    Quelquefois les tables peuvent combiner différents modes d’actionnement et avoir par exemple un plan de couchage réglable via un actionneur électrique et une têtière ajustable via un actionneur hydraulique.

    Notons que les modes d’actionnement des tables d’opération ont un impact sur leur facilité d’utilisation au quotidien mais aussi sur les conditions d’installation et les contraintes d’entretien.

  • Quels sont les différents types de tables d’opération ?

    De façon générale, pour chaque table, la hauteur et l’inclinaison des plans sont ajustables pour permettre un plus grand confort de travail au chirurgien. Par ailleurs, il est possible d’y ajouter une multitude d’accessoires afin de fournir un appui supplémentaire au patient. C’est ensuite le type d’opération réalisé qui va déterminer le choix du type de table.

    Table d’opération orthopédique de la compagnie STERIS

    On fera principalement la différence entre les tables d’opération universelles et les tables d’opération spécialisées, qui elles-mêmes se déclinent en différents modèles en fonction des spécialités.

    • Tables d’opération universelles : elles sont souvent utilisées en chirurgie générale (ou digestive) et en petite chirurgie. Polyvalentes, elles sont adaptables à une large variété d’opérations : cardiovasculaire, vésicale, plastique, etc.

     

    • Tables d’opération spécialisées : elles sont dédiées à une ou plusieurs spécialités médicales. Elles se distinguent par une configuration et/ou des accessoires spécifiques. Par exemple :

    Notons que si le type d’intervention est ambulatoire, il existe des tables d’opération mobiles (généralement sur roulettes) plutôt que fixes (montées sur un socle ancré au sol).

  • Quels critères techniques doit-on prendre en compte lors de l’installation et de l’entretien d’une table d’opération ?

    Avant tout achat il est important de prendre en compte plusieurs critères techniques pour l’installation de la table d’opération tels que son encombrement, son mode d’alimentation, sa compatibilité avec les accessoires requis ou ses conditions de sécurité.

    • Encombrement : les dimensions extérieures de la table et l’espace qu’elle sera amenée à occuper dans ses différentes positions sont des éléments essentiels. En effet, le positionnement du patient peut varier selon le type d’intervention chirurgicale, d’où l’importance de prendre en compte les différents mouvements de la table. Le choix se fera en fonction de l’espace disponible dans la salle d’opération.
    • Mode d’alimentation : s’il s’agit d’une table électrique, une arrivée électrique à proximité de la table sera nécessaire par exemple.
    • Compatibilité des accessoires : selon les applications envisagées, il est indispensable de vérifier la compatibilité de la table avec les accessoires requis tels que des porte-jambes, un cadre de traction, une tige porte-sérum, etc. De même, s’il est nécessaire d’effectuer un acte de radiologie durant l’intervention, un plan radio-transparent sera obligatoire.
    • Sécurité : la sécurité du patient est prioritaire. Il est donc important de regarder les propriétés antibactériennes/antifongiques et non inflammables du plan de couchage. La capacité de la table (charge maximale qu’elle peut supporter) sera aussi un point important. Notamment pour éviter tout risque de chute s’il est prévu d’opérer des patients souffrant d’obésité.

    Critères techniques importants pour l’installation de la table d’opération :

    • L’encombrement : tenir compte de l’espace disponible
    • Le mode d’alimentation : prévoir la source d’énergie à proximité
    • La compatibilité des accessoires
    • La sécurité du patient
  • Quels sont les positionnements possibles sur une table de chirurgie ?

    Table d’opération mobile en position Trendelenburg de la société ALVO Medical

    Il existe plusieurs types de positionnements adaptés aux diverses interventions chirurgicales : décubitus dorsal, décubitus ventral, décubitus latéral, Trendelenburg, Trendelenburg inversé, position lithotomique ou encore position assise.

    • Décubitus dorsal : il s’agit de la position de base sur une table d’opération, c’est-à-dire l’allongement à l’horizontale sur le dos. La hauteur du patient peut être ajustée à la hauteur du chirurgien.
    • Décubitus ventral (ou procubitus) : le patient est ici allongé sur le ventre, la tête placée dans un positionneur facial. Cette position est adaptée aux opérations de la colonne vertébrale par exemple.
    • Décubitus latéral (ou latérocubitus) : le patient est allongé sur le côté opposé à la zone opérée. Il est attaché à l’aide de sangles pour une plus grande sécurité afin d’éviter les chutes. Une position adaptée pour les opérations de la hanche ou du rein par exemple.
    • Trendelenburg (ou décubitus déclive) : il s’agit d’une variation de la position en décubitus dorsal. Le plan de couchage est ici incliné, les membres inférieurs du patient sont plus hauts que la tête. Cette position est adaptée pour les interventions de la zone abdominale pour une meilleure visualisation des organes.
    • Trendelenburg inversé (ou décubitus proclive) : cette position est similaire à la position en Trendelenburg sauf que les membres inférieurs du patient sont cette fois plus bas que la tête. Cette position est très pratique pour les opérations de la tête et du cou par exemple.
    • Lithotomique (ou position gynécologique) : c’est la position couramment utilisée lors de l’accouchement avec les pieds placés sur des porte-jambes (ou étriers).
    • Position assise (ou Fowler) : le plan de couchage se convertit en fauteuil avec le patient assis dans un angle de 90°. Cette position est idéale pour les opérations de neurochirurgie ou de chirurgie maxillo-faciale.
Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *