The online medical device exhibition

Bien choisir un moteur chirurgical

Un moteur chirurgical est un instrument utilisé pour réaliser une opération sur un os ou des fragments osseux. Il permet de forer/percer, de scier, d’aléser ou de visser. Il est principalement utilisé en chirurgie orthopédique humaine ou vétérinaire, en traumatologie, en neurologie et en chirurgie ORL.

Consulter nos moteurs chirurgicaux

  • Comment bien choisir son moteur chirurgical ?

    Il faudra tenir compte des paramètres suivants :

    • L’application : le moteur chirurgical s’utilise essentiellement en microchirurgie notamment en micro-neurologie et en microchirurgie ORL, mais aussi en traumatologie ou pour des opérations sur de larges os.
    • L’ergonomie, principalement le poids de l’instrument : un moteur chirurgical compact et léger offrira plus d’aisance et de confort pour le chirurgien, surtout lors d’opérations de longue durée.
    • La forme de l’instrument : certains moteurs chirurgicaux sont en forme de pistolet pour des opérations sur des os longs ou en traumatologie. D’autres sont en forme de stylo, ce qui est plus adapté aux opérations de microchirurgie ou sur les petits os.

    D’autres aspects, moins importants, sont également à prendre en compte :

    • Le type d’alimentation : on distingue les moteurs chirurgicaux à alimentation pneumatique, électrique sur secteur ou électrique sur batterie (cf question 3).
    • La polyvalence de l’appareil : il est possible d’alterner les utilisations d’un moteur chirurgical (scie, alésoir, perceuse). Certains modèles ne disposent que d’une seule fonction, d’autres de plusieurs combinées. Dans ce dernier cas, on changera alors simplement la tête de l’appareil.
    • Le niveau de bruit en utilisation : certains modèles sont bruyants et peuvent perturber le travail ou accroître le niveau de stress durant une opération. Il est préférable de choisir un modèle silencieux.
    • La présence d’une double gâchette : celle-ci permet de changer d’une simple pression du doigt le sens de vissage et/ou de perçage de l’appareil.
  • Quelles sont les caractéristiques à prendre en compte en fonction de l’application ?

    L’application va déterminer certains caractéristiques du moteur comme :

    • Sa puissance : il est capital de disposer d’un moteur chirurgical puissant pour des applications telles que la traumatologie ou la chirurgie vétérinaire lors d’interventions sur de gros animaux. Les nouveaux modèles de moteurs chirurgicaux proposent très souvent un meilleur ratio poids/puissance. A l’inverse pour la microchirurgie, la puissance du moteur ne sera pas le premier critère d’achat.
    • Son autonomie si l’appareil est sur batterie : pour de longues périodes d’utilisation, il faudra veiller à pleinement recharger l’appareil avant utilisation, mais aussi à choisir un modèle proposant une longue autonomie. A noter que les batteries Li-ion stériles ou aseptiques augmentent le poids du moteur chirurgical même si les derniers modèles ont tendance à assurer un rapport puissance/poids intéressant.
    • Les différents accessoires disponibles / adaptabilité : pour l’orthopédie ou la traumatologie, les moteurs chirurgicaux peuvent être accompagnés de nombreux accessoires, tels que plusieurs forets pour la perceuse avec différents diamètres. On peut aussi fixer différentes têtes au bout de l’appareil en fonction de l’application : cela peut être un alésoir, une visseuse ou une scie oscillante à sternum par exemple.
  • Quels sont les différents types d’alimentation possibles ?

    Moteurs chirurgicaux de la marque Stryker

    Il existe trois principaux types d’alimentation d’un moteur chirurgical :

    • Pneumatique : un appareil fonctionnant par air comprimé proposera plusieurs avantages tels que la centralisation de l’alimentation, l’absence de risque d’électrocution, ou une durée de vie plus longue. Mais il faut pouvoir disposer de l’installation adéquate dans la salle d’opération et accepter de travailler avec un appareil branché à un câble.
    • Électrique (sur secteur) : bien souvent, ce genre d’appareils est un peu moins cher. Mais leur durée de vie est légèrement moindre que celle des appareils à alimentation pneumatique et là encore la présence de câbles demeure.
    • Électrique (sur batterie) : très pratiques, les appareils sur batterie permettent plus d’aisance et de liberté de mouvement en raison de l’absence de câbles mais bien souvent ils pèsent plus lourd. Ce dernier facteur peut être un inconvénient lors des opérations très sensibles comme en neurologie ou pour des interventions de longue durée. Il faut par ailleurs ne pas oublier de recharger l’appareil avant chaque utilisation et de prendre avec soi une batterie de rechange.
  • Quelles sont les fonctionnalités disponibles d’un moteur chirurgical ?

    Moteur chirurgical à batterie de la marque Aesculap

    La plupart des moteurs chirurgicaux ont une extrémité détachable qui va permettre de déterminer l’application :

    • Perçage / Forage / Vissage : le diamètre des forets peut être changé comme dans une perceuse. Certains appareils disposent d’une double gâchette pour visser et dévisser. Il peut également exister différentes vitesses de perçage. Ces outils sont essentiellement utilisés en traumatologie et en chirurgie orthopédique humaine ou vétérinaire.
    • Sciage : cette fonctionnalité sert essentiellement pour les sternotomies, la pose de prothèses ou les ostéotomies. Les moteurs chirurgicaux sont alors à forte puissance.
    • Alésage : le moteur chirurgical permet de procéder à l’alésage centromédullaire des os longs, à l’alésage du conduit osseux dans la chirurgie des cavités postérieures de l’oreille moyenne, etc.
Related guides
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *