Bien choisir un stéthoscope

Un stéthoscope est un instrument de diagnostic acoustique servant principalement dans le domaine médical et vétérinaire. En tant que dispositif médical, il permet l’écoute des sons à l’intérieur du corps d’un patient essentiellement liés à l’activité cardiaque et respiratoire.

Consulter nos stéthoscopes

  • Quels sont les différents types de stéthoscopes médicaux ?

    Un stéthoscope de Pinard en bois de la marque KaWe

    Un stéthoscope Pinard en bois de la marque KaWe

    Ils peuvent se répartir en deux principaux types : mécaniques et électroniques.

    1. Les stéthoscopes mécaniques :

    • Les stéthoscopes mécaniques adultes et pédiatriques sont souvent différenciés. Les premiers servent uniquement à l’écoute cardiaque et pulmonaire des adultes. Les seconds sont dédiés à l’auscultation des enfants. Notons néanmoins que beaucoup de modèles sont polyvalents et servent à la fois pour petits et grands, avec la même précision. Certains peuvent être équipés de pavillons interchangeables afin de facilement passer d’un type de patient à un autre.

     

    • Les stéthoscopes Pinard (du nom de leur créateur) sont des modèles obstétricaux, en bois ou en aluminium, spécialement conçus pour écouter les battements de cœur du fœtus dans le ventre de sa mère. Ces stéthoscopes bien particuliers, sous forme de cône allongé se terminant par une plaque cylindrique perforée, permettent d’amplifier le son du rythme cardiaque du fœtus, plus difficile à entendre lorsque la patiente est de forte corpulence.

     

    • Les stéthoscopes mécaniques pour cardiologie disposent d’une très forte sensibilité acoustique afin d’aider le médecin à détecter certaines pathologies cardiaques ou pulmonaires. Certains modèles peuvent convenir à la fois aux adultes et aux enfants. Ces instruments sont en général des outils performants et extrêmement complets.

     

    2. Les stéthoscopes électroniques :

    • Ces modèles, très prisés par les pneumologues et les cardiologues, sont particulièrement efficaces pour atténuer les sons extérieurs et amplifier les sons captés sans les déformer. Le médecin dispose d’une qualité d’écoute parfaite et de haute précision. Le rythme cardiaque du patient est affiché sur un écran LCD. Certains modèles sont équipés d’une connexion Bluetooth permettant de transmettre en temps réel les sons cardiaques et pulmonaires sur son PC. Il est ainsi possible d’enregistrer les sons, les visualiser, les stocker ou les envoyer à un confrère. Certains modèles disposent également d’une écoute en mode ralenti. Ces stéthoscopes sont davantage dédiés aux spécialistes souhaitant réaliser un diagnostic poussé du patient ou analyser leurs auscultations.

     

     

  • Quelles sont les trois différentes parties d’un stéthoscope traditionnel ?

    Un stéthoscope traditionnel est composé de trois parties : le pavillon, la lyre et la tubulure. Pour certains stéthoscopes ayant une configuration particulière, on ne retrouve pas ces trois parties. C’est par exemple le cas des stéthoscopes fœtaux de Pinard qui ne présentent ni lyre ni tubulure.

    • Le pavillon : il s’agit de la partie en contact avec la peau du patient. C’est elle qui capte les sons. Le pavillon se compose lui-même de trois éléments :
      • La membrane : partie plate du pavillon qui permet d’entendre les sons de moyennes à hautes fréquences.
      • La cloche : partie la plus arrondie du pavillon qui permet d’entendre les sons de basses fréquences. Les stéthoscopes composés d’une membrane et d’une cloche sont dits “double pavillon”. Il suffit de retourner le pavillon pour écouter en alternance les sons de basses et hautes fréquences.
      • La base : partie qui fait le lien entre le pavillon et la tubulure.

     

    • La tubulure : c’est le tube reliant le pavillon et la lyre. C’est par lui que les sons vont se propager. Certains modèles possèdent une double tubulure, ce qui permet aux sons de mieux se propager et de parvenir aux conduits auditifs du praticien avec plus de netteté.

     

    • La lyre : il s’agit de la partie métallique du stéthoscope sur laquelle s’ajuste la tubulure. Elle se compose de trois éléments :
      • Le ressort de tension : il s’ajuste en écartant ou resserrant les tubes afin de s’adapter à la morphologie de chacun.
      • Les deux tubes auriculaires ou branches : leur angle peut être choisi en fonction de l’anatomie de l’utilisateur.
      • Deux embouts auriculaires : ils peuvent être de deux sortes : souples ou rigides. Fermement clipsés sur les branches par souci de sécurité, ils sont en général difficiles à retirer. Certains modèles de stéthoscopes fournissent un jeu supplémentaire d’embouts souples et une paire d’embouts durs.
  • Quels sont les détails à prendre en compte lors du choix d’un stéthoscope traditionnel ?

    Un stéthoscope simple pavillon de la marque Spengler

    Un stéthoscope simple pavillon de la marque Spengler

    Certains petits détails peuvent influencer la qualité de votre diagnostic ou tout simplement accroître votre confort. Ainsi, il est judicieux de se poser les questions suivantes :

    • Simple pavillon ou double pavillon ?
      • Le stéthoscope simple pavillon ne permet pas d’alterner l’écoute des sons de basses fréquences et de hautes fréquences par simple retournement du pavillon. Néanmoins, si le pavillon dit “monobloc” est équipé d’une membrane double fréquence, il vous sera alors possible d’exercer une pression légère pour écouter les sons de basses fréquences et une pression plus ferme pour les sons de hautes fréquences. Le pavillon monobloc permet aussi de limiter les pertes de sons lors de l’auscultation ; il est reconnu pour offrir une parfaite propagation du son. D’autre part, ce type de pavillon se prêtera mieux aux prises de tension car sa forme lui permet de se glisser plus aisément sous le brassard.

       

      • Le stéthoscope double pavillon permet en premier lieu d’écouter différents types de sons provenant non seulement du cœur et des poumons mais aussi des artères carotides et de l’abdomen. En plaçant la cloche au niveau des passages des artères carotides, cela vous donne la possibilité d’écouter les sons caractérisant les sténoses. Au niveau de la partie médiane de l’abdomen, la cloche permet de déceler un souffle systolique susceptible d’indiquer un anévrisme de l’aorte.
        L’autre aspect positif du stéthoscope double pavillon est qu’il permet d’ausculter patients adultes et pédiatriques avec le même outil. La surface la plus grande permet d’ausculter les patients adultes et à forte corpulence, tandis que la surface la plus petite s’utilise sur les enfants ou les patients adultes chétifs. Certains modèles sont équipés d’une membrane double fréquence à la fois sur le grand et le petit pavillon afin d’optimiser l’auscultation des patients adultes et pédiatriques.

     

    Un stéthoscope double pavillon de la marque Littmann

    Un stéthoscope double pavillon de la marque Littmann

    • Simple ou double tubulure ? La double tubulure propose une écoute stéréo (et donc plus fine) des bruits internes. D’autre part, une double tubulure évite toute perte de puissance. Nous pouvons donc dire qu’une double tubulure offre une qualité de son supérieure à une tubulure simple.

     

    • Quels matériaux pour la tubulure ? PVC, latex, caoutchouc, etc. Certaines tubulures ne contiennent ni latex ni résine naturelle pour éviter les allergies potentielles du patient mais aussi du praticien.

     

    • Embouts auriculaires souples ou rigides ? Les embouts souples offrent en général un plus grand confort que les embouts durs, avec une isolation acoustique accrue et une meilleure durabilité. Les deux sortes sont disponibles en petite et grande taille.

     

    • Présence ou non de bagues anti-froid ? Ces bagues offrent un confort accru pour le patient, en particulier pédiatrique, qui n’est plus directement exposé au contact métallique froid des bords du pavillon.
  • Quel stéthoscope est adapté à quel médecin ?

    Chaque médecin devra s’équiper du stéthoscope qui lui convient le mieux, en fonction du type de patients qu’il ausculte et des maladies qu’il traite. Nous pouvons citer six catégories de praticiens qui devront s’équiper du stéthoscope adapté : les généralistes, les pédiatres, les pneumologues et cardiologues, les infirmiers, les kinésithérapeutes et les vétérinaires.

    • Les médecins généralistes :
      Ces médecins utilisent leur stéthoscope quotidiennement. Cet outil leur sert principalement pour l’écoute cardiaque et pulmonaire des patients de tous âges. La plupart des médecins généralistes choisiront un modèle à double pavillon (interchangeable) pour pouvoir ausculter tour à tour adultes et enfants avec le même instrument.

     

    • Les pédiatres :
      A la différence des médecins généralistes, les pédiatres sont uniquement au contact des enfants. Ils s’équipent donc d’un modèle spécifique, qui se différencie d’un modèle adulte principalement par la taille de son pavillon. Pour rassurer les enfants lors de l’auscultation, certains stéthoscopes pédiatriques existent en différentes couleurs ou proposent même des figurines d’animaux ajustables sur le pavillon et facilement interchangeables. La plupart des stéthoscopes pédiatriques sont à pavillon unique et disposent d’une bague anti-froid.

     

    • Les pneumologues et cardiologues :
      Ces spécialistes choisissent généralement le stéthoscope électronique afin de bénéficier d’une acoustique de haute précision et d’un affichage des sons pulmonaires ou cardiaques sur leur écran. Le prix d’achat de ce genre de stéthoscopes et plus élevé mais leur qualité va permettre l’écoute des hautes et basses fréquences afin de détecter d’éventuelles pathologies pulmonaires ou cardiaques. Avec les stéthoscopes électroniques, il est possible d’amplifier un son et d’entendre jusqu’à 20 fois plus fort qu’avec un stéthoscope classique.

     

    • Les infirmiers :
      Les infirmiers utilisent un stéthoscope essentiellement pour mesurer la pression artérielle.

     

    • Les kinésithérapeutes :
      Les kinésithérapeutes l’utilisent pour une auscultation pulmonaire avant et après séance. Dans la mesure où leur auscultation est essentiellement pulmonaire, ils choisissent en général un stéthoscope à pavillon simple ou monobloc.

     

    • Les vétérinaires :
      Ils utilisent des stéthoscopes semblables aux stéthoscopes mécaniques traditionnels qui sont adaptés uniquement à l’auscultation de certains types d’animaux.

     

     

Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *