Bien choisir un stérilisateur

La stérilisation est la mise en oeuvre d’un ensemble de méthodes et de moyens visant à éliminer tous les micro-organismes vivants, de quelque nature et sous quelque forme que ce soit, sur un objet parfaitement nettoyé. Elle est effectuée à l’aide d’un stérilisateur. Celui-ci est donc nécessaire pour prévenir la contamination du patient et du personnel soignant. Pour qu’un dispositif médical ayant subi une stérilisation terminale puisse être considéré comme “stérile”, la probabilité théorique qu’un micro-organisme viable soit présent sur ce dispositif doit être quasiment nulle.

Consulter nos stérilisateurs

  • Quels sont les différents procédés de stérilisation ?

    Il existe de nombreux procédés de stérilisation qui sont plus ou moins adaptés selon le domaine d’application et le matériel à stériliser. Nous pouvons en citer quatre principaux : par la chaleur, par les gaz, en phase plasma et par irradiation.

    Stérilisateur à air chaud de la société Memmert

    • Stérilisation par la chaleur :
      • A vapeur d’eau / par chaleur humide : ce procédé est réalisé dans une enceinte étanche à l’intérieur de laquelle est injectée de la vapeur d’eau sous pression. Le stérilisateur à vapeur d’eau est également appelé autoclave. Il s’agit de la méthode la plus couramment utilisée dans les établissements de santé pour tous les dispositifs médicaux thermorésistants. Elle est fiable, peu coûteuse, non polluante.
      • Par chaleur sèche : la stérilisation est ici réalisée grâce à de l’air chaud et sec, sans augmentation de pression. On augmente la température de l’air à l’intérieur d’une étuve, un peu comme dans un four, sauf qu’il n’y a aucune possibilité pour l’air de sortir ou de rentrer. Ce procédé reste aujourd’hui moins utilisé car en chaleur sèche les bactéries peuvent sporuler. De plus, avec les températures élevées à atteindre (180°C pendant 30 minutes ou 160°C pendant deux heures), le matériel peut être endommagé.

     

    Stérilisateur plasma PlazMax de la société Tuttnauer

    • Stérilisation par les gaz :
      • A l’oxyde d’éthylène : l’oxyde d’éthylène est un agent alkylant qui endommage l’ADN des micro-organismes, les empêchant ainsi de se reproduire. Son pouvoir stérilisant est efficace à basse température ; il est donc adapté pour les matériaux sensibles à la vapeur d’eau et la chaleur tels que les dispositifs complexes assemblés, les cathéters, les stents, certains équipements électroniques, les pansements pour plaies, etc.
      • Au formaldéhyde : l’action bactéricide de cet agent est identique à celle de l’oxyde d’éthylène. Le formaldéhyde propose même certains avantages par rapport à l’oxyde d’éthylène tels qu’une absence de résidus toxiques ou encore l’absence de risques d’explosion.

     

    • Stérilisation en phase plasma : dans ce procédé on utilise du peroxyde d’hydrogène (constituant actif de l’eau oxygénée) que l’on excite par un champ électromagnétique. Se forment alors des radicaux libres d’oxygène qui ont un pouvoir hautement stérilisant. Ce type de stérilisation est réalisé à basse température et convient donc aux matériaux thermosensibles comme ceux en plastique ou encore certains composants optiques (fibroscopes, etc.). Ce procédé est relativement facile à mettre en oeuvre et ne demande pas de grandes installations.

     

    • Stérilisation par irradiation : elle est essentiellement utilisée dans le milieu industriel. Elle peut être :
      • A UV : ce procédé repose sur la sensibilité des micro-organismes à l’exposition aux basses longueurs d’onde des ultraviolets. Les principales applications sont la préparation de plans de travail stériles dans les laboratoires de recherche, la conservation des aliments ou encore la purification de l’air ou de l’eau.
      • A infrarouges : les infrarouges provoquent par leur absorption dans le produit un échauffement sur une profondeur limitée en fonction de leur longueur d’onde. L’onde électromagnétique est généralement engendrée par un magnétron. Cette technique de stérilisation par la chaleur infrarouge est notamment utilisée en industrie agro-alimentaire pour la pasteurisation de produits nus uniquement contaminés en surface (grains, fruits secs, etc.) ou de produits cuits conditionnés puis pasteurisés (pizzas, pâtisseries, etc.).

    On peut citer 4 principaux procédés de stérilisation :

    • par la chaleur ;
    • par les gaz ;
    • en phase plasma ;
    • par irradiation.
  • Quelles sont les différentes classes d’autoclaves ?

    La classification tient compte du volume de la chambre de stérilisation.

    • Volume inférieur à 60 litres : il s’agit des petits stérilisateurs à vapeur d’eau. On distingue trois classes d’autoclaves selon la norme NF EN 13060 :
      • Les autoclaves de Classe B : ce sont les seuls véritables stérilisateurs au sens propre du terme. Ils réalisent un cycle comportant un prétraitement avec alternance de vides et d’injections de vapeur, une phase de plateau de stérilisation et une phase de séchage sous vide. Cette classe d’autoclaves est la seule recommandée par la norme NF EN 13060 pour la stérilisation de dispositifs médicaux.
      • Les autoclaves de Classe N : ce sont en fait des désinfecteurs à vapeur d’eau, utilisés pour le traitement de dispositifs non emballés.
      • Les autoclaves de Classe S : il s’agit d’une classe peu spécifique dont les indications sont définies par le fabricant.

     

    • Volume supérieur à 60 litres : il faudra tenir compte de la norme NF EN 285 dédiée aux grands stérilisateurs. Cette norme s’applique aux fabricants de stérilisateurs et n’est pas dédiée aux utilisateurs.
  • Quels sont les domaines d’application d’un stérilisateur ?

    Exemple de stérilisateur rencontré dans les services de stérilisation centrale.

    Les stérilisateurs sont utilisés dans tous les services d’hôpitaux où les dispositifs sont en contact avec des agents infectieux. Nous pouvons citer trois principaux domaines d’activité en relation avec la santé : hospitalier, laboratoire, dentaire. Nous choisissons ici de ne pas présenter le cas des stérilisateurs de biberons qui sont dédiés à un usage particulier, le plus souvent dans le cadre domestique.

    • Le domaine médical ou hospitalier : les hôpitaux disposent en général d’un service dédié à la stérilisation des dispositifs et instruments souillés.
    • Le domaine du laboratoire : le stérilisateur est ici utilisé pour le traitement de la verrerie et autres outils employés dans un laboratoire.
    • Le domaine dentaire : la stérilisation est un sujet primordial pour ce domaine d’activité. On y utilise principalement des autoclaves de classe B.
  • Quels types de produits peuvent être stérilisés ?

    Plusieurs types de produits peuvent être stérilisés. Selon les différents procédés et températures de stérilisation on peut avoir :

    • Produits solides : ils peuvent être emballés ou non emballés. Il y aura des cycles différents selon que l’on cherche à stériliser du verre, du métal, du plastique, etc.
    • Produits liquides : il s’agit de produits liquides présentés dans des containers par exemple. Certains procédés de stérilisation ne peuvent être utilisés pour des produits liquides tels que la stérilisation à l’oxyde d’éthylène. La stérilisation de liquides est une tâche délicate, qui peut durer longtemps. Il convient de savoir si les liquides à stériliser peuvent atteindre la température de stérilisation souhaitée, à savoir 121°C.
    • Produits poreux : il s’agit par exemple des matières textiles, du caoutchouc, etc.
  • Quelle configuration de stérilisateur faut-il choisir ?

    Autoclave vertical MLS-3781L de la société PHC Europe B.V. / PHCbi

    La configuration choisie dépend de plusieurs facteurs tels que l’espace disponible dans les locaux, l’encombrement et la capacité du stérilisateur.

    • Espace disponible dans les locaux
      Selon la place disponible et l’accès à la chambre de stérilisation on distingue :

     

    • Encombrement
      Selon l’encombrement sur la surface de travail on peut choisir :

      • Les stérilisateurs de paillasse : ils sont en général compacts car ils doivent pouvoir tenir sur un plan de travail. Ils sont souvent utilisés en appoint au sein du service.
      • Les stérilisateurs sur pied : ils nécessitent une surface disponible au sol et sont généralement plus encombrants. On y retrouve les stérilisateurs de grande capacité utilisés dans les services de stérilisation centrale.

     

    • Capacité du stérilisateur
      Elle prend en compte :

      • La quantité de matériels à stériliser par jour en fonction de l’activité du service en question.
      • Les phases de pré-traitement et de post-traitement.
  • Quels sont les prérequis nécessaires à l’installation d’un stérilisateur ?

    Avant de procéder à l’installation d’un stérilisateur et pour s’assurer de l’efficacité de son utilisation, il faut veiller à trois principaux points : l’organisation des locaux, les installations techniques, la formation du personnel.

    • L’organisation des locaux :
      • Hygiène : les locaux doivent permettre le respect des procédures d’hygiène, d’habillage du personnel et de lavage des mains.
      • Disposition : leur disposition et les procédures de circulation doivent permettre d’éviter tout risque de confusion entre les dispositifs médicaux stérilisés et les dispositifs médicaux non stérilisés.
      • Surfaces : les surfaces apparentes doivent être lisses, imperméables, sans fissure et recoin pour réduire l’accumulation et la libération de particules et micro-organismes.
      • Entretien : les locaux doivent permettre l’usage répété de produits de nettoyage et de désinfection.
      • Intrusion : ils doivent être équipés d’un système évitant l’intrusion d’animaux (insectes, rongeurs, etc.).

     

    • Les installations techniques :
      • Arrivées d’air : les arrivées d’air doivent répondre aux normes et disposer d’un système de traitement de l’air muni de filtres appropriés. Notons que la pression de l’air en zone de conditionnement doit être supérieure à celle des autres secteurs.
      • Arrivées d’eau : les arrivées d’eau doivent fournir une eau potable. Sa qualité doit être régulièrement évaluée et surveillée.

     

    • La formation du personnel :
      • Compétence : la qualité de la préparation des dispositifs médicaux dépend beaucoup de la compétence, de la formation et du comportement du personnel impliqué dans ces opérations. Une formation initiale et continue est nécessaire pour la stérilisation, la conduite des autoclaves, l’hygiène et la sécurité, etc.
      • Hygiène du personnel : chaque membre du personnel doit signaler à l’encadrement toute infection dont il est porteur et susceptible de constituer un risque de contamination.
      • Protection : la protection du personnel contre toute contamination ou blessure accidentelle est primordiale. Il est absolument nécessaire de respecter les procédures d’habillage et les règles de circulation.

    L’installation d’un stérilisateur nécessite que les points suivants soient au point :

    • L’organisation des locaux
    • Les installations techniques
    • La formation du personnel
  • Quelles sont les différentes étapes de la stérilisation ?

    Lorsque les dispositifs médicaux ont été utilisés et nécessitent d’être stérilisés ils doivent passer par une série de six étapes :

    1. La pré-désinfection : elle doit être réalisée le plus rapidement possible après l’utilisation du matériel par immersion complète des instruments dans une solution détergente et désinfectante. Cela permet de diminuer la population de micro-organismes—et donc faciliter leur nettoyage ultérieur—mais aussi d’éviter la contamination de l‘environnement.
    2. Le nettoyage (ou lavage) : il comprend une action mécanique (pour décoller les salissures par aspersion et frottement), une action chimique (pour rendre solubles les salissures grâce à un détergent) et une action thermique (pour accélérer la vitesse de nettoyage et de séchage).
    3. Le conditionnement : les dispositifs médicaux doivent être emballés avant leur passage dans le stérilisateur.
    4. La stérilisation : cela dépend du procédé de stérilisation choisi.
    5. Le contrôle : un contrôle est réalisé avant, pendant et après la stérilisation.
    6. Le stockage et la mise à disposition : l’emballage doit comporter les mentions permettant de tracer le processus de stérilisation et la date limite d’utilisation. Aujourd’hui l’utilisation de codes barres facilite la gestion des stocks et la péremption des dispositifs médicaux réutilisables.
Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *