Bien choisir un vélo d’exercice

Un vélo d’exercice permet de travailler la musculature des membres inférieurs ainsi que l’endurance d’un patient en simulant le fonctionnement d’une bicyclette. Son utilisation est principalement intérieure, ce qui permet de s’affranchir de contraintes telles que la météo ou la circulation.

Consulter nos vélos d’exercice

  • Quelles sont les applications possibles pour un vélo d’exercice ?

    Un vélo d’exercice peut être utilisé pour une remise en forme basique, une préparation sportive pour des cyclistes de haut niveau, une rééducation des membres inférieurs ou pour réaliser une épreuve d’effort cardiorespiratoire.

    • Remise en forme : le vélo d’exercice est le parfait équipement pour une remise en forme basique, à condition d’en faire régulièrement. Il peut être utilisé chez soi afin de retrouver une bonne condition physique, d’améliorer ses performances sportives et de se muscler sans endommager ses articulations. Accompagné d’un régime adapté, il peut également aider à brûler les graisses et affiner la silhouette. Pour ce genre de pratique douce du vélo d’exercice, on choisira plutôt un vélo d’exercice à position dos droit.
    • Préparation sportive : si l’usage du vélo d’exercice concerne une préparation sportive ou un échauffement pour des cyclistes de haut niveau, la puissance de pédalage devient un facteur essentiel. L’utilisateur doit alors avoir le dos nettement penché vers l’avant pour pouvoir libérer un maximum de puissance de pédalage.
    • Rééducation des membres inférieurs : pour un vélo d’exercice destiné à une rééducation des membres inférieurs à la suite d’une blessure ou d’une opération, on met l’accent sur le confort d’assise plutôt que sur la puissance de pédalage. La posture dos droit est ainsi recommandée. La position semi-allongée conviendra aussi, en particulier pour soulager le travail des lombaires et diminuer les douleurs dorsales.
    • Épreuve d’effort cardiorespiratoire : dans ce cas de figure le vélo d’exercice est utilisé pour rechercher les performances maximales de la fonction cardiorespiratoire d’un patient. L’épreuve est réalisée sous le contrôle d’un pneumologue ou d’un cardiologue. Elle se déroule sur un vélo ergométrique (ou un tapis roulant) avec une période d’échauffement puis une augmentation progressive de la puissance pour atteindre les capacités maximales du patient.
    Un vélo d'exercice pour épreuve d'effort de la marque Cardioline

    Vélo d’exercice pour épreuve d’effort de Cardioline

  • Quels accessoires et caractéristiques choisir pour un vélo d'exercice ?

    Lors du choix de votre vélo d’exercice vous devrez prendre en considération plusieurs caractéristiques en fonction de l’utilisation que vous souhaitez en faire, telles que le réglage de l’assise et du guidon, le type de système de résistance, le type de console et de paramètres mesurés ou encore les différents programmes d’entraînement.

    • Assise et guidon : le réglage de la selle et du guidon sont importants car ils permettent un meilleur confort d’utilisation. Nous vous invitons donc à privilégier des selles et guidons réglables en hauteur.
    • Systèmes de résistance : on distingue le système de résistance magnétique classique (manuel ou motorisé) et le système de résistance électromagnétique, qui est davantage destiné aux cyclistes de haut niveau (cf question suivante).
    • Console et paramètres mesurés : la console est en quelque sorte le tableau du bord du vélo qui donne à l’utilisateur des informations sur ses performances en temps réel. Si le vélo d’exercice propose des programmes d’entraînement, c’est la console qui permet de les sélectionner (cf question 4).
    • Programmes d’entraînement : les programmes d’entraînement disponibles offrent des niveaux de difficulté différents. Certains parcours sportifs offrent des variations automatiques de difficultés adaptées en fonction de l’objectif recherché (cf question 5).
  • Quel système de résistance faut-il choisir ?

    Il existe trois sortes de systèmes de résistance à choisir en fonction de l’usage que vous souhaitez faire du vélo d’exercice : le système de résistance magnétique manuel, le système de résistance magnétique motorisé, le système de résistance électromagnétique.

    • Système de résistance magnétique manuel : ce système ralentit la roue d’inertie grâce à plusieurs aimants qui se rapprochent lorsqu’on augmente la résistance. Cela permet d’accroître la difficulté de l’exercice pour l’utilisateur. Cette augmentation de la résistance s’effectue en tournant à la main une molette située à l’avant de l’appareil. Ce type de résistance est parfaitement adapté pour une pratique débutante ou occasionnelle du vélo d’exercice.
      • Avantages : peu coûteux, facile d’utilisation.
      • Inconvénients : peu de vitesses disponibles, pas de programme d’entraînement, destiné à un nombre d’heures d’utilisation limitées par semaine, vélo moins robuste, pédalage mois fluide.
    • Système de résistance magnétique motorisé : ce système est le même que le précédent sauf que l’augmentation de la résistance ne se réalise pas à la main mais depuis la console de l’appareil. Ce type de système est adapté à un usage du vélo un peu plus régulier.
      • Avantages : nombre de résistances plus important, confort d’utilisation avec un réglage de la résistance directement depuis la console, programmes d’entraînement disponibles avec connexion Wifi ou Bluetooth, vélo plus robuste pouvant supporter huit heures d’utilisation par semaine.
      • Inconvénients : prix plus élevé qu’un vélo avec système de résistance magnétique manuel.
    • Système de résistance électromagnétique (ou vélo ergométrique) : la résistance est ici assurée via la console par un électro-aimant, ce qui rend le freinage plus précis et silencieux. On trouve ce système sur les vélos destinés à un usage intensif, pour les sportifs de haut niveau notamment.
      • Avantages : grand nombre de résistances disponible, nombreux programmes d’entraînements, grande fluidité et confort d’utilisation, vélo robuste et durable permettant une utilisation pouvant aller jusqu’à 12h par semaine.
      • Inconvénient : prix élevé.
  • Quelle console faut-il choisir ?

    La console permet de visualiser les performances de l’utilisateur en temps réel. Elle donne des informations essentielles telles que la vitesse de course, la distance parcourue, la moyenne de calories brûlées et la durée d’utilisation. Ce sont autant de paramètres qui peuvent jouer un rôle de motivation non négligeable pour l’utilisateur.

    Ces données sont affichées de façon plus ou moins interactive et le choix de la console devra donc dépendre de vos exigences de confort.

    Notons que certains vélos indiquent aussi la fréquence cardiaque et sont fournis avec une ceinture cardiaque.

    Un vélo d'exercice de la marque Cybex

    Vélo d’exercice de Cybex

  • Quels programmes d'entraînement choisir ?

    Certains vélos d’exercice proposent d’aider l’utilisateur à organiser ses séances d’entraînement en proposant différents programmes. Le choix du programme dépendra de ce que vous cherchez à travailler : la coordination et la vélocité, le renforcement musculaire et la puissance, ou encore la capacité aérobie et l’élévation du seuil anaérobie. Ces programmes proposent souvent un travail par intervalles, c’est une bonne méthode pour progresser.

    • Coordination et vélocité : l’objectif du programme est ici de réapprendre à pédaler efficacement. La vélocité est l’aptitude à tourner les jambes rapidement. Le travail de la vélocité permet d’améliorer la coordination afin d’obtenir un meilleur rendement durant la séance d’entraînement.
    • Renforcement musculaire et puissance : pour le renforcement musculaire le programme consiste à répéter une série d’efforts soutenus, avec une cadence de pédalage limitée. Si l’on associe le travail sur la vélocité et celui sur le renforcement musculaire, on développe sa puissance.
    • Élévation du seuil anaérobie : l’objectif du programme est de diminuer la production d’acide lactique dans le corps à une fréquence cardiaque donnée afin de repousser le seuil anaérobie. Durant l’effort physique lorsque l’oxygène devient limité, de l’acide lactique se forme dans les muscles afin de fournir une quantité d’énergie supérieure. Plus l’effort est important, plus il demande de l’énergie, plus de l’acide lactique est susceptible d’être créé. Le seuil anaérobie, aussi appelé “zone rouge”, est le seuil au-delà duquel la quantité d’acide lactique produite ne peut plus être éliminée par les substances neutralisantes présentes dans les muscles. Le seuil anaérobie évolue avec le niveau d’entraînement : plus il sera haut, plus vous deviendrez performant. D’où l’intérêt d’insérer l’élévation de ce seuil dans les programmes d’entraînement, notamment chez les grands sportifs.
    Un vélo d'exercice de la marque Precor

    Vélo d’exercice de Precor

Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *